Boutique
 
ACCES RAPIDE



 

 

 

 

 

 
 

Vie pratique
 
 
Il y a  sur l'Espace Anti-Stress 

Haut de page

Approche cognitive
 
Placer ce site dans vos favoris
 
Distorsions
Flêche descendante
Qu'est ce que l'Approche cognitive?

Les cognitions sont composées globalement par nos pensées, nos représentations de soi, des autres et du monde. Bref notre manière de penser le réel.

Plus précisément, chaque être humain vit des situations. Ces situations sont interprétées par l'intermédiaire de pensées (autoverbalisations) ou d'images mentales (dialogue intérieur).  De ces pensées, croyances et représentations mentales dépendront l'humeur et le comportement de l’individu. 

Ainsi si je pense que les autres, "c'est la jungle" ou "c'est l'enfer", il y a peu de chance que je sois décontracté dans les situations où je suis en contact avec l'extérieur. Ce qui est pensé est donc capital.

Ces réflexions de bon sens vous semblent peut-être banales ou évidentes. Mais le traitement cognitif que nous exerçons au cours de la journée est essentiellement automatique : nous fonctionnons selon des schémas automatiques que nous connaissons mal ou auxquels peut-être nous n'adhérons plus totalement. Gérer le stress, c'est aussi observer ces fonctionnements pour pouvoir mettre en valeur puis corriger ce qui dysfonctionne.

En haut

Pensées automatiques

Le cognitivisme est avant tout une science de la pensée. 
On analyse donc ce qui, dans les pensées, modes de pensées, dans les croyances, disfonctionne et génère le mal-être. 
Penser, chez l’être humain se concrétise, schématiquement de deux manières : 

- Pensées automatiques.
Ce mode de pensée n’est pas contrôlé ou conscient. 
L’individu est passif. Ses pensées s’imposent à lui-même comme des schémas prédéfinis issus de l’observation (subjective et déformée) par le sujet de lui-même de son environnement et de toutes leurs interactions. 

Ex : « ça n’arrive qu’à moi », «de toute façon je vais me planter », «il ne me supporte pas … » 

Ce mode de pensée est donc automatique, immuable et constant : la pensée contrôle le sujet 

- Pensées "rationnelles" 
Mode de pensée contrôlé et conscient (autant que cela est possible et envisageable). Il s’agit d’une pensée intentionnelle, plus ponctuelle. 
Face à un événement, on ne réagit pas automatiquement, on ne se laisse pas influencer par un vécu, des interprétations abusives et mécaniques. 
On prend du recul, on recherche une démarche logique et rationnelle : Le sujet contrôle la pensée. 

Du choix entre ces deux modes de réponses de la pensée dépend l'équilibre du sujet. 
La démarche cognitive propose de s’interroger sur ces pensées automatiques et leur mise en place, pour, dans un second temps les remplacer par des observations plus rationnelles et conformes à la réalité. Le sujet reprend le contrôle de ses pensées et de leur pertinence. 

Remettre en cause ses a-priori, c’est se permettre de repartir sur de nouvelles bases, de rendre possible le changement, de générer d’autres comportements chez soi et, en interrelation chez les autres. 

En haut

Distorsions

Les distorsions de la pensée sont le fruit d’interférences arbitraires du sujet sur ses pensées.   Ces processus bien entendu, nourrissent et aggravent le stress. 

Lectures de pensées : l’individu pense savoir ce que pensent les autres sur lui-même. 
Ex :  « Ils me prennent pour un imbécile » 

Affirmation sans preuve : ce sont la plupart du temps des prédictions aléatoires, à la forme négative. 
Ex :  « De toute façon, on ne va pas y arriver » 

Maximalisation et minimalisation : Tendance à surestimer les échecs, à sous estimer les réussites. 
Ex :  «Là, de toutes façons, c’était trop facile. Tout le monde pouvait le faire. » 

Généralisations abusives 
Ex :  « les hommes sont des... » 

Tout ou rien : 
Ex :  « on existe que quand on gagne» 

Déduction abusive ou sélective : tendance à ne retenir que ce qui  sert l’idée anxiogène, en le sortant de son contexte. 
Ex :  « Il ne m’a pas passé le sel. Tu vois qu’il ne m’aime pas » 

Personnalisation excessive des événements : ramener les événements à soi. 
Ex :  «Tout ce qui arrive est de ma faute» 

En haut

Flêche descendante

Intéressante, cette technique montre la tendance du sujet stressé (et anxieux) à choisir l’option la plus défavorable ou pessimiste. Cette démarche cognitive est d’ailleurs tellement développée que l’individu n’envisage plus que cette hypothèse catastrophiste. Il se focalise sur une des facettes de la réalité qui s’offrent à lui. 

La flèche descendante est une technique de découverte par le sujet de ses schémas cognitifs de fonctionnements. La vision plus globale des hypothèses permet de recadrer le regard qu’il porte sur le monde.

En haut

N'hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement. 
 

 
 
 
Accueil | Conditions de vente | Documentation | Plaquette | Contact et SAV
Design © 2003 XLTouch pour KitGrafik